Vivalia de 2009 à 2025

Un peu d’histoire nous permettra de mieux comprendre la saga « baronnique » luxembourgeoise.

Fin 2009, Vivalia va fêter son premier anniversaire, son avenir pour 2015 se dessine. Tous les partis provinciaux confondus (CdH, PS, MR, Écolo) prévoient le maintien de trois sites : Marche, Libramont et Arlon ainsi que la réduction des soins dispensés à Bastogne.

En 2011, le plan Vivalia 2015 prend de plus en plus forme avec un allégement draconien du rôle de Bastogne, il s’agirait de finaliser la suppression totale des traitements dans la cité ardennaise. Mais, c’était vite oublier que la province de Luxembourg reste la Flandre politique de la Wallonie ; c’était sous-estimer le poids traditionnel de la famille catholique dans notre verte région ; c’était sans compter que Benoît Lutgen prenait ses fonctions de Président du CdH le 1er septembre 2011.

L’année suivante, 2012, les élections d’octobre arrivent. Benoît Lutgen, se présente comme tête de liste aux communales à Bastogne. Le bâtisseur de villes nouvelles sorties de nulle part(1), l’acheteur compulsif d’hélicoptères(2) médicaux allait-il, dans sa propre cité, laisser tomber son hôpital ? Le sanglier bastognard ne se doit-il pas de faire sa place ?

Les élections provinciales voient la rupture de l’habituelle coalition anticléricale. PS et CdH montent au créneau. Aussitôt, les arrangements entre amis commencent : la direction d’Idélux pour le PS, celle de Vivalia pour le CdH(3).

À partir de ce moment, en 2013, le plan Vivalia 2025 prend forme, la création d’un tout nouvel hôpital pressenti à Molinfaing pointe le bout de son nez(4). Depuis le choix d’Habay ou Léglise, avec respectivement Francis Demasy et Isabelle Poncelet (tous deux CdH, bizarre, bizarre …) comme bourgmestres, se précise à la quasi-unanimité des membres du conseil d’administration de l’intercommunale des soins de santé. Un petit coup de pouce des amis de la région : le ministre de la Santé publique, Maxime Prévot (CdH) confirme que la Wallonie se porterait garante pour l’emprunt nécessaire à la construction du nouvel hôpital.

Nous ne reviendrons pas sur l’absurdité et la gabegie d’un tel choix. Mais rappelons que, par deux fois, plus de 3000 personnes ont manifesté leur désaccord à ce plan et ont réclamé le maintien des trois sites Arlon, Libramont et Marche. Chaque site serait spécialisé et complémentaire, chacun aurait un savoir-faire unique. Virton et Bastogne concentreraient des services provinciaux tels que la revalidation et la pharmacie centrale avec quelques prestations d’hôpital de jour.

Une nouvelle fois les intérêts partisans ont primé chez ceux qui prétendent agir pour le bien du plus nombre. Faut-il rappeler que la construction d’un nouvel hôpital coûtera au bas mot 300 millions d’euros selon les estimations les plus optimistes, sans compter les investissements qui seront et ont été consentis à Arlon et Libramont. Même avec des subsides wallons, cela sortira de la poche des contribuables.

1 http://www.levif.be/actualite/belgique/lutgen-propose-de-construire-sa-premiere-nouvelle-ville-de-wallonie-a-lalouviere/article-normal-65715.html
2 http://www.lecdh.be/actualites/les-communiques/la-campagne-la-une
3 Yves Bernard est choisi bien qu’il fut classé deuxième dans la sélection du jury.
4 « Il ne fallait pas donner l’impression que l’on s’attaquait uniquement à Bastogne » dixit Philippe Courard

Partager cet article ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com