Faites vos valises ….

L’été est arrivé. Pour beaucoup, pour quelques jours de « dolce vita »,c’est le temps de préparer ses valises.

Voici une histoire des fabricantes de ces malles connues dans le monde entier, une histoire d’ouvrières qui ont dû plier bagages et qui se battent depuis plus de 10 ans.
Cette histoire nous est racontée par le site « Là-bas si j’y suis »


Elles étaient 205 ouvrières à l’usine Samsonite d’Hénin-Beaumont, dans le Nord-Pas-de-Calais. En 2005, le groupe Samsonite veut s’en débarrasser, sans avoir à payer d’indemnités de licenciement. Il déploie donc une stratégie cynique : Samsonite va céder pour un euro symbolique l’usine d’Hénin-Beaumont à Energy Plast, un repreneur censé reconvertir l’usine pour fabriquer des panneaux solaires. Plus modernes que les valises en plastique injecté !

Aucun panneau solaire n’est fabriqué. Début 2007, Energy Plast est mise en liquidation judiciaire, et les 205 ouvrières sont licenciées pour motif économique. Donc sans indemnités de licenciement ! Le groupe Samsonite, responsable de l’arnaque et des 205 licenciements, n’aurait donc rien à payer ? Et Bain Capital, le fonds d’investissement actionnaire majoritaire de l’entreprise ?

Les ouvrières se mobilisent. Tout l’hiver 2007, elles occupent l’usine. Et lancent plusieurs procédures judiciaires. En 2014, avec leur avocat Me Fiodor Rilov, elles font condamner les faux repreneurs à de la prison ferme, pour avoir sciemment provoqué la faillite de l’entreprise.

Mais pour que les responsables de leur licenciement soient tous jugés et condamnés, elles décident d’attaquer aussi le fond d’investissement Bain Capital. Or il se trouve que le fondateur de Bain Capital, c’est Mitt Romney, l’ancien candidat à l’élection présidentielle aux États-Unis, face à Barack Obama. Les « petites » ouvrières face au dragon capitaliste.

Bain Capital est à Boston. Pour y aller, elles ont besoin d’argent. Beaucoup d’argent. Le 10 octobre 2012, elles lancent un appel sur le répondeur de Là-bas si j’y suis. En une semaine, elles récoltent 15 000 euros ! Et peuvent partir. Grâce au soutien des Auditeurs Modestes et Géniaux !

En 2014, là encore aidées par les AMG, elles s’envolent à nouveau pour Boston, pour manifester avec des ouvriers américains victimes du même fonds d’investissement.

Elles n’ont finalement pas remporté la bataille contre Bain Capital. Elles perdent leur procès. Mais tout récemment, le 17 mai 2018, la cour d’appel de Douai a annulé la vente de l’usine Samsonite à Energy Plast. Cette annulation ouvre la voie au paiement de l’ensemble des indemnités de licenciement dues aux ouvrières par le groupe Samsonite.

« Nous irons à Boston »



 

Partager cet article ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com