Nous voulons des coquelicots

C’est l’hécatombe dans les champs et la campagne: les insectes disparaissent, leurs prédateurs s’éteignent massivement. En cause la chimie industrielle. En France, un mouvement demande l’interdiction totale des insecticides,  pesticides utilisés dans l’agro-alimentaire….

Appel des 100 pour l’interdiction de tous les pesticides de synthèse:

Nous voulons des coquelicots

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !
Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection.

Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes

Pour signer l’appel: https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

En avril 2017, l’Europe interdisait l’usage de trois néonicotinoïdes, ces pesticides considérés comme dangereux pour les abeilles, sauf en serre s’il n’y a pas de contact avec les apidés. La Belgique, qui s’était abstenue lors du vote, examinera les dérogations possibles. Denis Ducarme, indiquait ainsi que la Belgique allait étudier la possibilité de dérogations. Les betteraviers, grands utilisateurs de ce produit et au courant que cette nouvelle décision allait être prise, ont refusé de l’anticiper et préféré faire pression sur le politique MR dans l’attente d’une nouvelle substance développée par l’industrie chimique pour remplacer ces poisons.


Partager cet article ...

2 Responses to Nous voulons des coquelicots

  1. Adeline PIERRARD dit :

    Je suis solidaire pour une agriculture sans pesticide aucune en Belgique et dans le monde pour la santé de nos enfants et petits-enfants. Ils sont déjà touchés par des allergies et des maladies auto-immunes. Cela suffit.

  2. Schurter Jean-Jacques dit :

    Bien conscient du risque courru par nos descendants, je veux qu’un interdiction des pesticides soit décidée par nos gouvernants, qu’ils soient nationaux ou européens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.