Le commerce des ressources spatiales – réflexions

Depuis longtemps, le capitalisme s’est enrichi en utilisant les matières peu onéreuses que lui offrait la nature. Elles sont captées pour être transformées en marchandises, mais aussi en sous-produits : les déchets.
L’environnement ne peut plus assurer sa fonction de fournisseur bon marché et de poubelle pour cette doctrine économique. Certaines ressources commencent à manquer : eau, pétrole, air pur, etc. Le nettoyage des diverses pollutions entraîne des dépenses qui pèsent de plus en plus sur les taux de profits…
Alors le gouvernement luxembourgeois(1) a trouvé l’alternative : privatiser l’espace pour l’exploiter… et le détruire.
En effet, les astéroïdes contiennent de l’eau ou du métal. Certaines sont composées de fer et de nickel. Elles sont des éléments de corps célestes beaucoup plus importants. Trouver des astres entièrement constitués de métaux purs, c’est la fortune assurée pour le ou les heureux investisseurs.
Des chimères ? Dans un avenir proche, cela a l’air effectivement très difficile, mais d’ici quelques dizaines d’années (dans 20, 30 ans), cela relèvera de la réalité. Des entreprises privées viseront l’exploitation de ces matières premières directement dans le cosmos ou tenteront de les ramener sur terre. Des milliardaires ont créé leurs propres sociétés spatiales (le patron de Tesla, d’Amazon…) qui disposent de moyens techniques importants.
C’est une bonne partie de cette nouvelle poule aux œufs d’or que le Luxembourg prépare à amasser dans ses banques…

———————————
(1) Composé de libéraux, socialistes et écologistes

Partager cet article ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.