À l’assaut de l’Ardenne

Plus de 1 600 hectares de la forêt de Saint-Michel-Freyr offerts à la fondation de monsieur Domb (1) le patron de Pairi Daiza. Le zèle du très luxembourgeois ministre wallon de la Nature et de la Forêt, René Collin (Cdh), offre ces terrains à un opulent propriétaire et actionnaire. Il pense que le service public est incapable d’assumer une gestion différentiée de nos bois. Profitant de l’aubaine Monsieur Domb quémande déjà d’autres étendues boisées (Florenville).
La ville de Durbuy est tombée dans les nasses de notre Bernard Tapie local, monsieur Coucke pour en faire un centre pour touristes en manque d’exotisme.

La presse applaudit des deux mains et photographie à tours de bras qui un homme politique, qui monsieur Éric Domb, qui Marc Coucke … Les édiles locales jubilent.

Ce n’est pas par hasard que ces arrogants riches, et puissants d’argent, deviennent de plus en plus présents dans les affaires sociales, politiques et écologistes. C’est une stratégie idéologique délibérée qui ne cherche qu’à rendre moralement légitimes le profit, la fortune individuelle et l’existence d’une élite éclairée comme modèle social.

La bienveillance et la complaisance extraordinaires que notre classe dirigeante montre à l’égard de ces mégalomanes « braillards » confirment leur duplicité et leur complicité. Autrement, croyons-nous qu’ils sont naïfs et ignares à ce point ?
À les entendre, on se demande pourquoi on persisterait à vouloir des services publics compétents, au bénéfice de la population; pourquoi ne laisserait-on pas aux riches le soin de gérer à leur guise les affaires de la société humaine, car après tout, ils en savent beaucoup plus que quiconque sur l’exploitation et l’accumulation de richesse individuelle.
Bien sûr, Saint-Nicolas existe, aussi.

Parmi l’élite dirigeante, partout dans le monde, s’exprime l’idée que la gestion de la société humaine se doit de ressembler, d’imiter l’entreprise capitaliste privée. Effectivement dans la logique de globalisation, les intérêts privés récupèrent toutes les ressources, biens et services publics qui sont considérés comme produits et sources de profit au même titre que toute activité économique capitaliste. La société et les citoyens ne sont que clients et le gouvernement se désengage de la conduite des affaires; c’est à chacun de pourvoir pour soi : la sélection naturelle par l’argent.

Pourtant, tout bonnement , s’il y a des pauvres, c’est parce qu’il y a des riches, et, plus l’un est riche, plus l’autre est pauvre, car le dénuement des uns est toujours, directement en relation et proportionnel à la fortune des autres. Le capitalisme est et restera source d’exploitation et d’inégalité entre les hommes.


Monsieur Domb ancien patron de l’Union des Entreprises Wallonnes entretient de nombreux contacts avec les ministres Cdh. Pairi Daiza a été construit… sans le moindre permis d’urbanisme. Pas plus d’ailleurs que les volières géantes ou le jardin indonésien. Dans l’interview à La Libre Belgique, Domb précisait avoir effectué les travaux «au vu et au su de tous. Le ministre André Antoine est informé.» Il entretient de bonnes relations avec le « socialiste » Marcourt qui déclarait «C’est un patron atypique qui incarne bien une forme de dynamisme wallon», quand Domb a été désigné manager de l’année.(http://frerealbert.be/fortunes/domb/visite-du-paradisio-capitaliste-deric-domb/) 

Partager cet article ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com